Au fusil….

Ce projet fait parti d’une série d’expérimentation sur l’impression. La matrice n’est qu’une fine couche de plâtre, impactée par des caractères en plombs et détruite par la pression de la machine.
Sa destruction pemet d’en obtenir une empreinte, une mémoire à conserver comme instantanée.
Ce qui m’intrigue c’est la singularité de l’empreinte, le paradoxe de l’imprimerie.
Les tirages sont trés limités. Cette matrice est une ruine qui tend à disparaître.

 

This project fit into a series of experimentations around printing. The plate is covered
by a layer of plaster, in which are struck the typefaces then destruct by the printing.
This destruction allowed to obtain an imprint, a memory to keep a sort of « snapshot ».
I am looking for the singularity of an imprint, the paradox in printing. 
Those prints are really limited. This matrix is in ruin, slowly disappearing.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s